Après 3 jours, il rate son pari de vivre pendant 1 an uniquement avec du "made in France"

C'était il y a une semaine, le 13 Mars 2014. Jean-François Defresne décidait de se lancer un pari: Vivre pendant une année avec des produits uniquement fabriqués en France. Débordant d'entrain, ce jeune commercial pour une grande compagnie automobile américaine ne se doutait pas des difficultés qui l'attendaient.

C'est à l'hôpital psychiatrique de La Rochelle que nous l'avons rencontré. Une entrevue qui nous a permis de prendre la mesure d'un tel changement de vie. "Je me suis séparé de tous mes biens et j'ai quitté mon emploi. J'ai tout revendu. Mes meubles, ma télé, mon cochon d'Inde." Il met même un terme à sa relation amoureuse. "Ma copine était d'origine Italienne. Ce n'était pas compatible avec mon engagement."

Une épreuve de tous les instants

Jean-François doit non seulement tirer un trait sur ce qu'il aime mais il doit aussi composer avec ce qu'il n'aime pas. "J'ai passé deux soirées à regarder Plus belle la vie sur une vieille télé cathodique en noir et blanc en mangeant des sardines achetées le matin au marché. Je n'en pouvais plus."

Dans son appartement quasiment vide que nous avons pu visiter, un carton de marinières et 3 bouteilles de Pastis 51 témoignent de la difficulté pour lui de s'habiller et de se nourrir. Des occupations banales comme écouter de la musique deviennent un véritable supplice. "Je voulais écouter quelque chose et je n'avais qu'un vieux vinyle de Stone et Charden. Croyez-moi, L'avventura en boucle pendant 4 heures, ça vous brise même le plus endurci des Navy Seals."

Une anecdote rend son engagement dénué de sens

Le samedi 15 Mars au soir, déjà très fragile psychologiquement, il décide d'inviter sa famille pour officialiser les choses. Et lorsqu'il annonce à ses parents son intention de ne vivre qu'avec du "made in France", son père éclate de rire avant d'ajouter: "Et dire que tu as été conçu pendant notre lune de miel à Prague. T'es même pas "made in France" fiston !"

C'est à ce moment que Jean-François craque. Son esprit ne supporte pas le choc provoqué par cette révélation. "C'est comme si tout ce en quoi vous croyiez étaient remis en question. De plus, il n'aurait pas pu vivre avec lui même pendant un an pour pouvoir valider son pari. C'est un sacrifice que peu de personnes sont capables de faire." nous avoue le docteur Doogie, "La plupart en meurt."

Aujourd'hui, Jean-François est encore très imprégné par son engagement ce qui rend sa médication très difficile car ses comprimés sont pour la plupart fabriqués hors du territoire.

Publié le jeudi 20 mars 2014 par la rédaction.
Le monde va mal:  Canal +

Vos commentaires avisés

Déposez votre commentaire

Y'a pire ! D'autres infos société

Publié le dimanche 15 juin 2014
Spécial été: Les meilleures plages du Nord - Pas-De-Calais pour se baigner Bientôt l'été. Vous habitez Lille ou vous envisagez des vacances dans le nord de le France ? Voici notre sélection des meilleures plages du Nord - Pas-De-Calais.
Publié le dimanche 11 mai 2014
L'abolition de l'orthographe: Personne n'en parle Le maire de Villers-Cotterêts a annoncé que la commune de l'Aisne ne commémorera pas l'abolition de l'esclavage. Une position qui a fait réagir le chef de l'état mais qui a surtout déchaîné les réseaux sociaux mettant en lumière une autre abolition passée sous silence: l'abolition de l'orthographe.
Publié le mardi 08 juillet 2014
L'homme qui avait réussi à réaliser une dernière crêpe parfaite est mort En 1987, il avait réussi à réaliser une dernière crêpe parfaite avec la pâte à crêpes qu'il restait dans le saladier. Joël Dalembert est décédé dimanche 6 juillet dans l'indifférence totale.