Il "ose comme Zlatan" et perd tout

Hier encore, Rémi Purgeot était cadre dans une entreprise de démolition. Ce jeune actif de 31 ans installé en région Parisienne est un grand fan du PSG depuis que le club compte dans ses rangs l'international Suédois. Alors pour imiter son idole jusqu'au bout, il décide d'oser comme Zlatan sans se douter qu'il va tout perdre.

Une campagne de pub sur Twitter

"Salut Twitter. Demain Zlatan a besoin de plus de 140 caractères. S'il te plaît, change la règle pour Zlatan." C'est avec cette phrase digne de son égo surdimensionné que le buteur du PSG enflamme la toile avant d'inviter les internautes à "apprendre à prendre les risques qui font les légendes". Derrière ses messages, la nouvelle publicité de son équipementier Nike.

Si certains trouvent là une motivation pour se lancer des défis qui les feront grandir, pour Rémi, c'est le début d'une fracassante descente aux enfers.

Après avoir rencontré Gwendoline il y a 1 an, Rémi met de côté sa passion. "Je savais qu'il n'y avait pas assez de place dans mon cœur pour Gwendoline et Zlatan. J'ai du faire un choix et j'ai relégué Zlatan dans le D2 de l'amour." Rémi retire ses posters, range ses verres à l'effigie de son héros. Tous ses objets estampillés Zlatan sont mis dans un grand carton à la cave. "Parfois, la nuit, je descendais pour les toucher, pour les regarder en secret. Dès que je pouvais, je mettais un de ses anciens matchs que j'avais enregistré sur VHS."

L'arrivée d'un heureux évènement et tout bascule

Puis Gwendoline tombe enceinte. Un garçon ! Le prénom est tout trouvé pour Rémi malheureusement celle qui partage sa vie ne l'entend pas de cette oreille. La naissance comble les parents de bonheur mais le jour où Rémi va reconnaître son fils à la mairie, tout bascule.

"J'étais en train d'attendre mon tour et je me suis connecté sur Twitter. J'ai vu l'appel de Zlatan et au moment de donner le prénom à l'état civil, je me suis demandé ce que lui aurait fait. J'ai décidé d'oser comme Zlatan et j'ai appelé mon fils Zlatan-Ibrahim Purgeot."

Une prise de risque que Gwendoline ne peut lui pardonner et lorsqu'elle le menace de le quitter, Rémi se demande de nouveau ce que son idole ferait. "Je lui ai dit qu'elle pouvait partir si elle ne se rendait pas compte de la chance qu'elle avait d'être avec quelqu'un comme Rémi. Elle l'a fait mais je ne pensais pas qu'elle me prendrait mon Zlatan-Ibrahim." dit-il en serrant contre lui le petit maillot pour bébé du PSG marqué du numéro 10.

Malheureusement, les choses ne s'arrêtent pas là. Depuis, notre rencontre hier, à force d'oser comme Zlatan, Rémi a perdu ses amis et son travail. Une morale qui nous rappelle qu'avant d'être un égocentrique mégalomane, il vaut mieux s'assurer d'avoir le portefeuille bien rempli, un véritable talent, ou les deux.

Publié le mardi 11 mars 2014 par la rédaction.
Le monde va mal:  Le Point

Vos commentaires avisés

Déposez votre commentaire

Y'a pire ! D'autres infos faits divers

Publié le jeudi 29 mai 2014
Rare accident de chasse: Il se prenait pour une perdrix En Vendée, un chasseur s'est donné la mort dans la journée du 28 Mai lors d'une partie de chasse entre amis. Un drame insolite qui vient s'ajouter à la liste de décès de la saison 2013-2014.
Publié le lundi 23 juin 2014
Bordeaux: Elle envoie "BEBE" au 71515 et porte plainte contre le service pour publicité mensongère Une future maman bordelaise s'est retournée contre une entreprise de service téléphonique pour publicité mensongère. Le service permet de connaître grâce à un simple texto le sexe de votre bébé mais il semble que pour cette jeune femme, l'algorithme se soit trompé.
Publié le jeudi 24 juillet 2014
Il fait demi-tour sur l'autoroute pour ne pas contrarier son GPS Un retraité de 75 ans s'est fait une grosse frayeur sur l'autoroute après avoir suivi à la lettre les indications de son GPS. Une obéissance aveugle qui aurait pu lui coûter très cher.