Il révolutionne le monde de la photo avec les "infies"

Les selfies, ces autoportraits réalisés le plus souvent à l'aide de smartphones ont envahi les réseaux sociaux. Pourtant, "les selfies ont eu leur heure de gloire mais avec mon idée, les possibilités sont infinies" déclare Johan Leclerc, l'inventeur des "infies".

La décadence et le mauvais goût de certains selfies pris en compagnie de SDF montre bien les limites d'un tel procédé photographique. Si même les grandes figures de notre monde se sont adonnées à cette mode, l'avenir de la photographie que l'on pensait incertain vient de prendre un nouvel élan.

Vous voyez, le problème c'est qu'on ne peut avoir qu'une vision réduite de la vie.

Johan Leclerc n'est pas un novice. Cet étudiant en art à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne prend des photos de lui depuis qu'il possède un smartphone. " J'essaie de changer d'environnement à chaque fois" dit-il en nous montrant ses clichés. Une photo de lui en contre-plongée alors qu'il est aux toilettes. Une autre de son visage avec une petite partie de la Tour Eiffel en arrière plan. "Vous voyez, le problème c'est qu'on ne peut avoir qu'une vision réduite de la vie. A chaque fois, le fait d'être en premier plan limite considérablement ce que l'on désire véritablement prendre." Depuis plusieurs mois, il essaye en vain d'avoir une photo de son visage mais aussi de toute la Tour Eiffel mais sans succès. La profondeur reste un réel problème quand on prend des photos de soi.

Une idée révolutionnaire

Mais Johan ne désespère pas. "Un matin au réveil, j'ai eu une illumination. J'en ai d'abord parlé à mon colocataire qui me regardait comme si j'étais fou. Il ne voyait pas l'intérêt. Mes parents que j'ai eu au téléphone le soir même m'ont découragé de le faire."

Visionnaire, Johan décide de faire une photo où il n'est pas dessus

"J'ai pris mon smartphone et je me suis mis à la fenêtre de mon appartement. Je voyais tout Paris sous mes yeux et c'est là que j'ai vu le champ des possibilités", nous dit-il avec des cotillons dans la voix. Le jeune homme se rend compte qu'en prenant une photo de lui, il était limité par la taille de ses bras mais en retournant simplement son smartphone pour mettre l'objectif face au monde, il pouvait photographier n'importe quoi. "Vous vous rendez compte, j'ai même pris des photos à 360° que j'ai collées les unes aux autres. J'ai appelé ce procédé un panorama !"

Sans le savoir, Johan a lancé une véritable révolution artistique. "Les gens ne comprenaient pas vraiment au début mais maintenant, tout le monde le fait. C'est complètement dingue. Hier, un internaute a posté la photo d'un paysage de campagne sur mon mur Facebook avec la mention Merci. J'étais super ému."

Et Johan de conclure notre entretien avec beaucoup de philosophie. "Comme quoi, lorsque l'on arrête de se mettre au centre de son propre monde, on se rend compte de toute cette beauté accessible autour de nous."

Publié le vendredi 21 février 2014 par la rédaction.
Le monde va mal:  Le Nouvel Observateur

Vos commentaires avisés

Al le 19/05/2014 Fallait y penser! :) Vous venez de changer ma vie.
Déposez votre commentaire

Y'a pire ! D'autres infos société

Publié le jeudi 05 juin 2014
Destruction de la statue de Poutine au musée Grévin: Aucune statue n'a levé le petit doigt Lorsqu'une Femen rencontre la statue de cire de Vladimir Poutine alors qu'elle se balade tranquillement seins nus au musée Grévin, elle ne peut pas se retenir. Arrêtée par la police, la jeune femme a détruit la statue avec un pieu.
Publié le samedi 31 mai 2014
Marches contre le FN: Le gouvernement organise une distribution gratuite de chaussures de sport Afin de permettre à tout le monde de se mobiliser efficacement contre le racisme, le gouvernement distribue des chaussures de sport gratuitement au départ des marches contre le Front National.
Publié le dimanche 30 mars 2014
Il reste à l'heure d'hiver Gustave fait partie de ses personnes qui ne passent plus à l'heure d'été. Comme lui, ils sont quelques uns en France à ne pas accepter ce changement dans leur vie de tous les jours.